RSS

Nadia land - science et environnement

Pourquoi la France est-elle mauvaise lve en recyclage des plastiques

09-10-15 08:51 AM (343 )



La France affiche des performances mdiocres en matire de recyclage des dchets plastiques. France 24 a interrog des spcialistes du secteur : quelles en sont les raisons et que faire pour que cela change ?

Cest une tude qui fait de la France une mauvaise lve en matire de recyclage du plastique. Selon le bilan publi en mars par l'Agence de l'environnement et de la matrise de l'nergie (Ademe), lHexagone se positionne "comme lun des pays europens les moins performants", avec un taux moyen de recyclage des dchets plastiques de 20 % environ. Seuls cinq pays sur 28 font moins bien que l'Hexagone : la Finlande, la Bulgarie, la Grce, Chypre et Malte, indique Plasticseurope, le regroupement des industriels du plastique europen."Seulement un cinquime des 3,3 millions de tonnes de dchets plastiques de post-consommation en France est envoy en centre de recyclage, le reste tant valoris nergtiquement" (41,7 % en 2011), c'est--dire incinr pour produire par exemple du chauffage urbain, "ou enfoui stock (39,1 % en 2011)", prcise le rapport de l'Ademe."Ce classement est relativiser", nuance Jean-Charles Caudron, chef du service responsabilit largie des producteurs et recyclage de lAdeme, joint par France 24 : "Il est bas sur les donnes fournies par chaque pays, or il nexiste pas de standards europens prcis. Les États dclarent donc ce quils veulent et certains affichent des taux de recyclage trs levs mais loin de la ralit".Reste que le recyclage du plastique demeure insuffisant. En France, on estime par exemple que sur 10 bouteilles deau consommes, seules six sont recycles. Pour quelles raisons ?Claude Solarz, vice-prsident du groupe Paprec, lun des principaux acteurs franais du recyclage, du traitement et de la valorisation des dchets en France, avance - entre autres - une explication conomique. Si le plastique se recycle peu, cest aussi parce quil devient moins rentable de vendre ce matriau une fois celui-ci trait. La chute du prix des matires premires rend en effet moins comptitifs le recyclage et la rcupration par rapport aux produits neufs."Le cours du ptrole [qui entre dans la composition du plastique] baissant, le prix du plastique neuf a chut de 30 40 % ces dernires annes", avance-t-il. Rsultat : pas toujours facile de vendre aux industriels le matriau recycl, quand le neuf est porte de bourse.Le tri slectif, "pas encore ancr dans les mentalits"Autre lement dexplication : lautre bout de la chane, du ct des consommateurs, le tri slectif laisse encore dsirer. "Il nest pas encore ancr dans les mentalits, ce nest toujours pas un rflexe pour eux, cest pourquoi il faut continuer communiquer sur la question", estime Jean-Charles Caudron.À leur dcharge, il faut dire que contrairement au verre, le tri du plastique est compliqu : lexception des habitants de quelques villes-tests, le consommateur nest cens jeter dans la poubelle du plastique que les bouteilles et les flacons avec bouchon : bouteilles d'eau, flacons, tubes de dentifrice, etc. Inutile de jeter pots de yaourts et autres papiers films dans le fameux bac cet effet. Pour aider les consommateurs faire le tri, lAdeme a d'ailleurs lanc le site quefairedemesdechets.fr.Les raisons de ce casse-tte sont chercher du ct de la composition de ce matriau. Le plastique nest pas un matriau uniforme, il en existe des dizaines de sortes diffrentes, quil convient de sparer avant traitement, car il existe autant de technologies pour procder leur recyclage. Au fil des ans, les centres de tri et de traitement sont devenus plus performants. "Mais il faut davantage dinvestissements de ce ct-l", estime Claude Solarz.Patience, le tri sera bientt plus ais. Éco-Emballages, l'co-organisme qui fait travailler ensemble collectivits locales et industriels du dchet, a annonc un progrs important la semaine dernire : un quart des Franais, soit plus de 15 millions de personnes, pourront trier tous leurs emballages plastiques, y compris pots de yaourt et sacs, mais il faudra attendre fin 2016. Et tout ce qui n'est pas emballages, comme les vaisselles jetables, resteront exclues de la mesure.Des centres de tri "plus gros, mieux quips, plus modernes""À terme, le but est de doubler le taux. On vise 45 50 % de taux de recyclage des emballages plastiques. De 250 000 tonnes, on devrait passer 500 000 tonnes d'ici 2022," a indiqu Carlos De Los llanos, directeur du recyclage chez Éco-Emballages, lAFP. Il compte pour cela sur une rduction du nombre de centres de tri de 240 une centaine, mais "plus gros, mieux quips, plus modernes, pour pouvoir tre plus efficaces".La loi de transition nergtique, dfinitivement adopte cet t, prvoit quant elle l'interdiction des sacs plastiques usage unique partir de 2016, mais galement celle de la vaisselle jetable en plastique partir de 2020. Voil qui devrait faire baisser la production de dchets plastiques.Autre piste : agir en amont, au moment de la fabrication. "Il faut contraindre les industriels penser la fin de vie de leurs produits au moment de leur conception, afin quils conoivent des objets plus faciles recycler", avance Claude Solarz, vice-prsident du groupe de recyclage Paprec. Lexemple du secteur automobile est intressant : "Il y a 20 ans, les tableaux de bord taient constitus de nombreux plastiques diffrents ; aujourdhui, il y a une baisse drastique des varits de plastique de cet lment, ce qui les rend plus faciles valoriser par la suite, explique Jean-Charles Caudron.De son ct, Claude Solarz recommande dagir sur la fiscalit des dchets, par exemple en augmentant fortement la taxe gnrale sur les activits polluantes
(
TGAP), afin de contraindre les industriels se prter davantage au jeu.
france 24

(Tags): /

Join us